Nigéria : accidentologie

Le Nigéria est le premier pays exportateur de pétrole en Afrique. Le 18 novembre 2018, cet état a signé les Accords Internationaux relatifs au Transport de Marchandises Dangereuses par la Route (ADR). Il en devient ainsi le 51e membre.

Cette ratification fait notamment suite à une énième explosion de camion citerne sur les routes nigériennes.

 

Le 28 juin 2018, un camion citerne s'est en effet enflammé sur un pont embouteillé de la capitale économique, Lagos. 54 véhicules dont 5 bus ont été incendiés, provoquant le décès de 9 personnes.

"Nous devons trouver le moyen de nous assurer que les camions-citerne soient conduits par des chauffeurs qui sont plus responsables" confirme le porte-parole de l'état du Lagos. Il faut "travailler davantage avec les agences fédérales pour que ces crises n'arrivent pas tout le temps". 

 

On aurait pu espérer que l'accidentologie s'améliore suite à la ratification de l'ADR. L'accident survenu cette semaine met en avant toutes les difficultés de ce pays pour sécuriser le flux de marchandises dangereuses. Les routes sont en mauvais état et les chauffeurs doivent souvent faire des écarts pour éviter les nids de poule. La population se précipite sur les véhicules accidentés pour récupérer un peu d'or noir, au péril de leur vie.

12 juillet 2012 : un camion fait une sortie de route pour éviter 3 véhicules qui venaient en sens inverse. Des centaines de personnes, principalement des motos-taxis,  se précipitent sur le camion-citerne pour remplir leurs réservoirs. L'explosion qui s'en suit provoque le décès de plus de 100 personnes, dont seulement 6 pourront être identifiées.